Minceur & Jeûne intermittent

Par le 16 avril 2018

Perdre du poids en pratiquant le jeûne intermittent :

Mincir grâce au jeûne intermittent ! Une solution nouvelle à nos problèmes de poids ?

Perdre mes derniers kilos et stabiliser mon poids durablement me motivent clairement à tester cette expérience. Je suis à la recherche depuis longtemps d’une méthode pour rester mince sans être en permanence dans l’hyper-contrôle !

Motivé à bloc en Aout 2017, je me lance et je bouleverse complètement mes habitudes alimentaires. Je m’attends à une période d’adaptation. Je sais que par moment je vais résister. Je risque d’avoir des baisses de motivation et espérons le pas trop d’irritabilité (pas évident de toucher à mon plaisir de manger). Tant bien que mal, au fil des semaines et des mois, je m’adapte à ce nouveau rythme.

Ma petite histoire de sur-poids :

En ce qui concerne les restrictions alimentaires, je ne manque pas d’expérience ! J’ai accumulé les régimes, les méthodes nutritionnelles et les diètes en tout genre. Elles m’ont beaucoup appris sur mes besoins, mes limites, mes comportements,  mes excès et mes choix alimentaires.
Pour commencer l’an 2000 sur de bonnes résolutions, j’ai pris 25 kg en arrêtant de fumer ! Je savais déjà depuis l’âge de 16 ans, que la génétique m’avait offert une déconcertante facilité à prendre du poids. Grâce au sport, j’ai réussi à rester mince tout en mangeant ce que voulait.

Ne supportant plus ces 25 kg de trop, de 2005 à 2010 j’enchaîne les pertes et les reprises de poids au point d’en perdre le moral. Bien que difficile, cette période est très enrichissante. Mon constat est sans appel, les produits et les méthodes minceur sont vouées à l’échec si elle ne motivent pas au changement. Sans modifications de mon hygiène de vie et de mes habitudes alimentaires, tôt ou tard je vais reprendre du poids. Les trois années suivantes je modifie, j’allège et j’équilibre mon alimentation en vue de perdre progressivement mes derniers kilos.

Depuis 2013, mon poids s’est stabilisé notamment grâce aux sports d’endurance.
Malgré tout, les périodes de fêtes et les vacances se soldent généralement avec une petite reprise de poids très vite éradiquée. Pour autant, mon problème de poids n’est pas derrière moi. Certes, je sais comment m’équilibrer rapidement, mais je ne peux jamais bien longtemps me laisser aller. Plus je montes en âge et plus la perte de poids est difficile.

Je suis réaliste, mon corps garde en mémoire les 25 kg que j’avais pris. Les tissus créés pour stocker la graisse attendent tranquillement pour se remplir à nouveau. Que cela me plaise ou non, mon chemin est celui de l’équilibre ! Si je veux vivre le plus longtemps possible dans un corps sain, mince et dynamique, je dois faire attention à la qualité, à la quantité et la fréquence de mes prises alimentaires.

Le jeûne intermittent est très efficace pour motiver un retour à l’équilibre. Il m’aide à mieux gérer mes choix nutritionnels, à aimer une alimentation plus saine et à m’y tenir dans la durée.

La prise de poids :

Un apport calorique plus élevé que la dépense énergétique : Si la prise de poids n’est pas due à un problème de santé, à un déséquilibre émotionnel ou psychique, dans la majorité des cas, le responsable est l’alimentation. Je grossis, en mangeant au delà de mes besoins. Mon organisme est saturé par l’excès de nourriture. Les apports en nutriments dépassent sa capacité à les utiliser pour son fonctionnement ou encore pour sa production d’énergie.

Théoriquement, pour perdre du poids, je dois me restreindre à un apport calorique inférieur à mes besoins énergétiques. Mon organisme puise dans ses réserves pour satisfaire ses besoin en énergie (notamment en chaleur). En pratique, ce n’est pas si simple. Il est tellement plus facile de mettre en réserve les graisses, que de les utiliser une fois stockées ; mon corps puise d’abord son énergie dans les muscles. Au fil des régimes, la fonte musculaire pose un vrai problème ; je perds en force, en dynamisme et en fermeté.

Si chaque jour ma ration alimentaire dépasse mes besoins ou que mes excès sont trop fréquents, je vais systématiquement stocker le surplus dans mes tissus adipeux. Les kilos s’accumulent au fil des mois et des années ; le sur-poids, préjudiciable à mon bien-être, à ma mobilité et à ma santé, est inévitable.

Changer mes habitudes alimentaires et faire de l’exercice :

Au summum de mon surpoids, changer mes habitudes alimentaires, faire de l’exercice, courir, me mettre en maillot de bain… tout me décourageait ! Même si je n’aimais plus mon corps, les efforts à faire pour retrouver ma silhouette me semblaient insurmontables.

Pourtant les faits sont là : sans modifications de mon hygiène de vie et de mon hygiène alimentaire, il vain d’espérer perdre mon poids durablement ! Mincir n’est pas le plus difficile, mais de ne pas regrossir suite à un régime, là est le véritable défit ! Je n’ai jamais vu un régime qui soin sain et efficace dans la durée. Bien sûr je maigris dans un premier temps. Mais est-ce sans sans conséquences d’affamer ou de carencer mon corps ? Je n’en suis pas certain. Il faut comprendre que tout changement alimentaire restrictif fait mincir, mais dès que je reviens à mes vieilles habitudes, je vais stocker. Mon corps se souvient des restrictions et augmente sa capacité de stockage. Au final mon problème de poids s’aggrave.

La pratique du jeûne intermittent m’a fait perdre dès les premiers mois tous mes kilos superflus. Le point positif : je ne me mets pas en danger par des restrictions alimentaires Je ne me suis rien interdit. Je précise tout de même qu’au niveau nutritionnel, j’ai déjà bien fait le tri.

Il est tellement plus facile de manger équilibré en un repas ! Peu à peu mon organisme s’est habitué à manger beaucoup moins et moins souvent. J’assimile mieux les nutriments. Ainsi pour rester mince, je fais attention à ce que je mange. J’apprends à réguler la quantité des différents groupes d’aliments. J’ai nettement moins besoin de viande, de glucides et de féculents. Le pourcentage en fruits et en légumes frais a fortement augmenté.

Pour éviter de réactiver mes compulsions alimentaires, les produits laitiers et le sucre ajouté sont devenus des aliments occasionnels proscris du quotidien. La pratique du jeûne intermittent est fantastique pour travailler mes déséquilibres comportementaux vis à vis de la nourriture. Je régule mon hyperphagie et mes compulsions alimentaires avec succès et satisfaction. Les nombreuses heures passées sans manger deviennent une habitude salvatrice.

Grossir est un mal pour un bien ! Le jeûne intermittent m’aide à accepter et à comprendre ma nature. Le fait que grossisse aussi facilement, m’oblige à me poser les bonnes questions. J’élargis mes connaissances nutritionnelles. Je cherche à répondre à mes besoins essentiels. J’ai conscience que ma santé est entre mes mains. Je suis responsable de mon corps. En changeant mon hygiène alimentaire, ma santé s’améliore ; je dors bien mieux, je suis moins stressé et j’ai beaucoup plus de peps.

Le jeûne intermittent a pour effet de modifier mes priorités sportives pour mon plus grand bien. Je ne suis plus autant accrocs aux sports d’endurance pour brûler mes calories. Mon poids étant plus stable, je privilégie les activités qui me renforcent, qui m’équilibrent et qui m’harmonisent (notamment le Yoga). Le jeûne intermittent ne gène en rien la pratique du sport. Je peux courir mes 10 ou 15 km sans avoir mangé depuis plus de 20h. Je me sens léger, mon rythme est nickel, parfois plus élevé.

Surmonter mes compulsions alimentaires grâce au jeûne intermittent :

Je suis génétiquement prédisposé à prendre du poids, c’est un fait ! Mon organisme nécessite de moins de nourriture pour fonctionner. Mais voilà, je fais partie des générations conditionnées depuis l’enfance à chercher du plaisir et du réconfort dans la nourriture. Cette abondance permanente déséquilibre depuis toujours mon rapport avec la nourriture. J’ai eu toutes les peines du monde à me sevrer des produits laitiers réconfortants, du sucre addictif et des aliments raffinés que je peux manger sans limites. L’alimentation industrielle exploite largement notre goût inné pour le lait, le sucre, le gras, le sel… ils facilitent l’accoutumance et la consommation excessive. Ils nous procurent tant de bien-être gustatif, qu’importe de quoi ils sont faits !

La vie moderne est souvent complexe et stressante. Difficile de vivre proche de la nature et de notre propre nature. Nous sommes, le plus souvent, enfermé dans un univers artificiel stimulant qui pompe notre énergie vitale. Dans de telles conditions, comment résister à la tentation. Nous avons tellement besoin de remplir ce vide. Tant pis si cette nourriture est dangereuse pour notre santé !

Depuis bien longtemps, je privilégie une nourriture naturelle. Il me semble important de manger vivant de bons produits simples, entiers et riches en énergie. De ce fait, j’étais persuadé que la pratique du jeûne intermittent allait être facile. Et bien non, même en mangeant sainement, j’ai entretenu mon besoin de réconfort par la nourriture en grignotant. Certes je me jettes sur les fruits, les noix, les amandes et les noisettes plutôt que sur les gâteaux ou les sucreries, mais le problème entier ; au niveau psychique et émotionnel, je comble un manque. La raison pour laquelle je me lance dans cette expérience est clairement de me sortir de ce mécanisme et de réussir à me nourrir autrement !

Se nourrir autrement : Mon corps a besoin de nourriture, c’est un fait. Mais j’ai aussi besoin de nourrir ma sphère psychique et émotionnelle. Le manque de nourriture intérieure aggrave mes compulsions alimentaires. La créativité, la spiritualité, les rencontres, les immersions dans la nature, les lectures, la pratique d’une activité physique, les possibilités sont nombreuses pour m’épanouir !

Grâce au jeûne intermittent, j’arrive à faire la différence entre une faim physique et une faim compulsive. Lorsque cette dernière me tiraille, durant quelques minutes, j’essaie de respirer, de méditer, de lire quelques pages, de faire quelque chose qui me fait du bien.

Au début du jeûne intermittent, j’ai fait attention à ne pas me frustrer. Je ne me suis pas restreint au niveau des quantités lors de mon unique repas. Peu à peu les nourritures intérieures, relationnelles, créatives et spirituelles ont pris le relais. Faire mon jardin est aussi une grande source d’apaisement et d’harmonie. La nourriture addictive a moins de prise sur moi. Au bout de 8 mois de persévérance, je peux apprécier un repas de fête trop riche sans être déséquilibré le reste de la semaine.

Le jeûne intermittent me permet de rompre mes chaînes alimentaires. Il amorce une libération qui génère une énergie incroyable. Je prends plaisir à réévaluer positivement ma vie. Je définie mes priorités intérieures et corporelles. Je perds moins mon temps dans des activités “passe-temps”. Je donne un sens à ce que je fais. Cet état de bien-être intérieur grandissant, la nourriture est de moins en moins une fixation. Il me reste tout de même encore du chemin à parcourir !

Les limites du jeûne intermittent pour la minceur :

Je suis à 100% convaincu des bénéfices du jeûne intermittent pour perdre du poids en prenant soin de ma santé. Mais ce n’est pas une solution durable pour rester mince sans autres changements complémentaires. Il doit s’intégrer à un tout ; améliorer notre hygiène de vie et notre hygiène alimentaire. La recherche d’équilibre mène à un corps plus sain, plus mince et en meilleure forme. La minceur devrait être considérée de façon globale. Cela éviterait des situations de souffrance et de déception.

Toute pratique qui ne tient pas compte de l’ensemble est vouée à l’échec. Si la perte de poids est ma seule préoccupation, je risque de négliger ma santé, d’aggraver mon déséquilibre, d’abimer mon corps pour finalement regrossir. Mon corps a une fabuleuse capacité d’adaptation. Si je mange moins et moins souvent, il va mieux assimiler, ce qui est une bonne chose en soi. Tant de ressources sont gaspillées pour assouvir notre appétit. Une chose est sûre, mes choix alimentaires, mon activité physique, mon état psychique et émotionnel sont les piliers de ma réussite ; même avec un repas par jour je peux regrossir.

Quelque soit la méthode pour perdre du poids, pour le stabiliser, équilibrer mon alimentation et de faire fonctionner mes muscles est incontournable. Le jeûne intermittent est un fabuleux outil pour modifier mes habitudes et pour réévaluer ma relation avec mon corps.

Mon expérience minceur avec le jeûne intermittent :

  • Au bout d’1 mois de jeûne intermittent mon constat est : c’est une méthode géniale et efficace pour mincir !
  • Au bout de 3 mois : Ravi ! tous mes derniers kilos en trop sont partis. je suis bien dans ma peau et en pleine forme !
  • Au bout de 6 mois : Cool mon poids est stable, Trop content que ca marche dans la durée !
  • Au bout de 8 mois : Mitigé ! Mon corps s’adapte à manger mieux et moins souvent. Je reprends du poids dès que les écarts s’accumulent. Globalement je mange moins en quantité (2 à 3 fois). Je regrossis moins vite (2kg aux fêtes de fin d’année, contre 6kg l’année précédente).
  • L’expérience continue : La minceur n’est pas ma seule motivation à pratiquer le jeûne intermittent !

Grâce au jeûne intermittent je connais mes besoins nutritionnels. Je module les différents groupes d’aliments en fonction de mon activité. Dans le passé, je consommais trop de féculents, de céréales et de glucides. A part pour les repas de fête, j’exclue de mon alimentation quotidienne les produits laitiers, les graisses cuites, les viandes rouges et les sucres ajoutés. Bien évidemment les produits industriels et raffinés sont proscris pour le danger qu’ils représentent pour ma santé. Je ne mange plus de viande rouge de mammifère. Je préfère la volaille et les œufs. Je nourris (sans maïs) mes poules de sorte à ce que les œufs soient riches en omégas 3 (mélange de grains et de lin bio provenant de petits producteurs locaux) ! On oublie souvent que la qualité des produits animaux dépend aussi de leur alimentation. Les conditions d’élevage et d’abattage m’ont forcées à limiter ma consommation de viande (1 ou 2 fois par semaine). Je refuse toute viande provenant d’élevage intensif. En contrepartie, j’augmente ma diversité alimentaire notamment au niveau des légumes, des herbes aromatiques, des plantes sauvages, des oléagineux, des algues… Il est clair qu’il ne m’est plus possible d’acheter ma nourriture en supermarché. C’est si plaisant de rencontrer les petits producteurs sur les marchés ! A manger moins et à cuisiner moi-même des produits frais de saison, mon budget alimentation à baissé. La nourriture industrielle est loin d’être économique, addictive, elle incite en effet à manger trop !

En conclusion :

Le jeûne intermittent est une pratique qui me convient parfaitement. Il m’aide prendre soin de mon corps, à rester mince et à contrôler mon poids. En revanche, il ne permet pas de manger n’importe quoi. Si je fais des écarts trop réguliers, je vais grossir. Avec un repas par jour, je ne prends plus aussi facilement. Utiliser le jeûne intermittent pour continuer à manger déséquilibré est une erreur. Il n’y a pas que mon apparence qui est affectée par les excès et la mal-bouffe. Ma santé reste le plus important ! Mon corps est mon véhicule pour vivre ma vie. Si je néglige ma qualité de vie risque d’en pâtir !

François de Saint Nicolas

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *