Manger en hiver des oranges ou des clémentines pour être certain de tomber malade

Par le 30 août 2013

On entend et on lit un peu partout qu’il faut manger des oranges et des clémentines pour bénéficier des effets de la précieuse vitamine C, qui renforce le système immunitaire. Ces fruits contiennent bien de la Vitamine C, mais ils contiennent beaucoup d’autres éléments, dont des acides, qui jouent le rôle de « refroidisseur ».
Mais au fait, savez-vous quel est le rôle principal d’un fruit aqueux (tous les fruits sauf la banane) ?
Il sert en premier lieu à refroidir le corps !
Avez-vous remarqué que les fruits arrivent à maturité au moment le plus chaud de l’année ? Ce n’est pas un hasard. La nature nous apporte ce dont nous avons besoin au bon moment.
Et oui, désolé pour les inconditionnels du jus d’orange du matin, mais c’est une véritable hérésie. C’est même la meilleure façon de refroidir le corps à un moment où il a besoin au contraire d’être réchauffé.
De la même façon, chez bon nombre de gens, manger des oranges ou des clémentines en hiver, en espérant renforcer l’immunité provoquera l’effet inverse. Le corps va devoir dépenser beaucoup d’énergie et de minéraux pour pouvoir neutraliser cet accès d’acidité. Vous allez ainsi vous refroidir et vous déminéraliser. Votre corps va s’affaiblir et votre vitalité fondre comme neige au soleil.
Cela est bien entendu aussi valable pour les jus de fruits ou les boissons acides comme les sodas (notamment tous les colas).
Je précise que ce que cela ne fonctionne pas ainsi pour tout le monde. Certaines personnes ont en effet plus de vitalité et sont capables de brûler les acides de fruits et n’auront donc pas besoin de puiser dans leurs réserves minérales pour neutraliser l’acidité.

Mais alors, comment savoir si je peux manger des fruits sans me déminéraliser ?

En fait, c’est assez simple, si vous êtes plutôt frileux, je vous déconseille de manger des fruits, surtout quand il fait froid, car cela va vous refroidir encore plus.
Voici quelques symptômes d’une personne en acidose, qui a donc un terrain acide et qui ne devrait surtout pas rajouter d’acidité telle que les fruits :

  • frilosité
  • manque de vitalité
  • baisse de la libido
  • déprime, voire dépression
  • sommeil perturbé
  • se sent fatigué dès le matin
  • cheveux et peau sèche
  • ongles cassants ou qui se dédoubles
  • problèmes de peau (eczéma, psoriasis)

Si vous désirez approfondir le sujet, je vous renvoie vers les livres de Christopher Vasey sur l’équilibre-acido-basique ou sur ceux de Robert Masson.

Qu’est-ce qu’un fruit de saison ?

J’ai quelques commentaires de personnes qui me disent que ce que je dis est absurde car ils ont dans leur jardin un oranger qui leur donne des oranges. L’oranger n’est pas un arbre adapté à notre climat. Et si c’était le cas, pourquoi 100% des oranges (je ne parle pas de la Corse qui a un climat différent) et autres clémentines ne sont pas cultivées en France mais en Espagne ou au Maroc ? Ce n’est pas parce que vous avez une variété sélectionnée pour pouvoir prospérer en France que l’oranger est adapté à notre climat.
Quand je me promène dans les campagnes françaises en hiver, je ne vois aucun fruit sur les arbres, exception faite des kakis en novembre et décembre. Mais je ne vois ni pomme, ni poire, ni cerise, ni pêche, ni fraise… Par contre, on trouve dans les champs des poireaux, des choux, des blettes, des carottes, des navets…

Pourquoi personne ne semble connaître cette information capitale sur les fruits ?

Beaucoup répètent ce que le voisin a dit, sans aller vérifier si cela est vrai ou pas.
Les études qui démontrent les effets de la vitamine C sur le système immunitaire ont été réalisées à partir de Vitamine C de synthèse pure et non avec des agrumes. Extrapoler alors les effets de cette vitamine C pure avec ceux d’un fruit contenant 99,9% d’autre chose que de la Vitamine C, est absurde.

Il existe heureusement quelques naturopathes qui ont pu expérimenter au cours de leur exercice les effets délétères des fruits aqueux lorsqu’ils sont consommés au mauvais moment.

Il ne vous reste plus qu’à en faire l’expérience !

Petit retour d’expérience personnelle :

A 22 an, je suis parti faire un voyage en Amérique du sud. Pendant 2 mois et demi, je n’ai mangé que des fruits. La nuit, la température était de 25 à 27°C, et la journée, ça pouvait monter jusqu’à 35-40°C. Durant mon séjour, je n’ai mangé que des fruits locaux, donc de saison et cueillis à maturité : oranges, mandarines, mangues, papaye, bananes, goyaves, avocats… C’était donc la configuration idéale pour manger des fruits

A mon retour en France, me plaignant de douleurs de dos, je suis allé voir un médecin. Après une radio de la colonne vertébrale, le diagnostic est tombé : déminéralisation importante et arthrose (à 22 ans !).
Le médecin n’a pas été en mesure de m’en donner la cause mais quelques années plus tard, j’en ai compris l’origine, durant mes études de naturopathie avec Robert Masson. A l’époque, ce dernier avait déjà 60 ans d’expérience en tant que naturopathe à son actif. Durant toutes ces années, il a expérimenté, sur des milliers de patients, l’action des fruits sur l’organisme.

Ca me rappelle un fait divers.

Un jour, en Italie, un camion transportant des tomates a eu un accident dans un village et s’est renversé. Les cagettes de tomates se sont retrouvées sur la route. Etant invendables, elles ont été données aux villageois, qui ont donc mangé des tomates tous les jours, pendant des semaines (soit fraiches, soit sous forme de coulis, de sauces…).
Il s’est alors produit quelque chose de totalement inhabituel pour la saison : une épidémie de troubles ORL en plein été : sinusites, rhumes, angines…
Le médecin du village n’a jamais pu trouver l’origine de cette épidémie…

Vos commentaires

  1. Tom

    10 décembre 2015 at 9 h 46 min

    Super votre truc incompréhensible … liquide de refroidissement ! Mais bien sûr, je suis une voiture !
    Quand à manger des Clémentines et oranges en hiver ? Oula quel malheur !!!
    C’est la saison pour ces fruits … Evitons de nous gaver de Mc do ! Mais mangez des clémentines !

    • David Le Naturo

      10 décembre 2015 at 10 h 12 min

      Désolé que mon article ne soit pas assez clair pour vous. La seule chose à retenir est qu’un fruit sert à refroidir le corps, donc manger des agrumes en hiver, au moment où il fait le plus froid, est fortement déconseillé. Après, libre à vous de faire comme vous voulez.
      La clémentine n’est absolument pas un fruit de saison en France, alors qu’elle l’est dans les pays chauds comme l’Espagne ou le Maghreb.
      En revanche, nous cultivons en France toutes sortes de légumes de saison, qui contiennent autant ou plus de vitamine C que les agrumes et qui ne sont pas acides : chou rouge, chou vert, chou fleur, brocolis, persil…
      Mais si vous voulez absolument manger des fruits en hiver, préférez nos vrais fruits de saison comme la poire ou le kaki, qui sont peu acides.

      • Tom

        11 décembre 2015 at 8 h 39 min

        Et la corse ? Ce n’est pas la france ?

      • David Le Naturo

        11 décembre 2015 at 9 h 39 min

        Le climat de la Corse n’a rien avoir avec celui du continent, qui est beaucoup plus froid. C’est d’ailleurs grâce à cette douceur des températures que les clémentines prospèrent aussi bien en Corse et pas en Franche-Comté. En conclusion, un habitant de la Corse pourra manger plus facilement des clémentines.

      • Tom

        11 décembre 2015 at 9 h 20 min

        Les agrumes sont également cultivés dans le sud est de la France…
        Quand aux fruits hivernaux… je pense également aux kiwis qui sont eux aussi acides et cultivés en France à cette saison …

      • David Le Naturo

        11 décembre 2015 at 9 h 54 min

        Effectivement, certains fruits sont cultivés en France. Pour information, les 1ères plantations de kiwi datent seulement des années 1960 et celles de clémentines de Corse de 1925. Ce sont donc des cultures d’importation.
        Ensuite, vient le problème de la conservation. Savez-vous que les pommes peuvent être conservées 2 ans sous atmosphère contrôlée grâce à un gaz : le SmartFresh ? Aujourd’hui, la quasi totalité des fruits sont conservés à base température pendant 6 à 12 mois (voire plus). Ainsi, un fruit que nous devrions manger à telle date pourra être consommé toute l’année.
        C’est à chacun de faire l’expérience de manger ou pas des fruits en hiver. Mais manger des fruits en hiver parce que ça contient de la vitamine C est un non-sens, car c’est oublié les autres éléments constitutifs du fruit soit 99.95%. Or, un fruit c’est avant tout de l’eau, du sucre et des acides.
        J’ai décidé de créer ce blog pour y partager mon expérience de naturopathe et non pour répéter comme un perroquet, comme la majorité le fait, ce qui a été dit par d’autres, sans vérifier par l’expérience si cela se vérifiait ou pas. Je vous recommande donc de simplement faire une petite expérience : pendant 1 mois, mangez des oranges et des clémentines tous les matins. Puis, le mois suivant, supprimez-les et revenez nous dire si vous avez constaté une différence.

      • boudou

        24 janvier 2018 at 12 h 31 min

        J’habite dans le sud et j’ai un bel oranger ! Bétises cet article !

      • David Le Naturo

        31 janvier 2018 at 22 h 50 min

        Si je suis votre raisonnement, si j’importe un manguier et qu’il me donne des mangues en hiver, cela veut dire que c’est un fruit de saison ? Bien évidemment non. C’est juste que sous nos latitudes, il ne fait pas assez chaud et le fruit n’a pas le temps de mûrir au bon moment. J’ai voyagé en Amérique du sud et j’y ai mangé des oranges, des pamplemousses, des mandarines … et je peux vous dire qu’il ne faisait pas 5 ou 10°C.
        Il y a effectivement des variétés qui résistent au froid mais ce n’est pas pour cela qu’on peut considérer les agrumes comme des fruits de saison car les agrumes que les gens achètent en hiver viennent de pays chauds (Espagne, Maroc, Tunisie, …). Manger ces fruits dans ces pays alors qu’il fait encore chaud a un sens, mais les importer pour les manger chez nous au coeur de l’hiver, c’est anti-physiologique. Après, chacun fait comme il veut. Mais j’ai écrit cet article pour alerter les gens qui suivent ce qui se dit, un peu sans se poser de questions. Il faut tout de même rappeler qu’il s’agit avant d’un commerce énorme et que s’il n’y avait pas eu le marketing, mangerait-on des agrumes en hiver ? Car naturellement, après avoir mangé une orange, on a froid. Pourquoi donc amener du froid dans notre corps à cette période de l’année.

      • Nicolas Hahn

        6 novembre 2018 at 1 h 24 min

        Je n’ai pas besoin de me rechauffer en hiver. Je consomme régulièrement des clémentines chez moi où grâce au chauffage il fait aussi chaud que l’été. Énormément des fruits poussent au Pérou et en Bolivie ou j’ai voyagé, ou le climat est frais, et pas des bananes…
        Nous consommons beaucoup d’aliments transformés qui n’ont aucune valeur énergétique et nutritionnelle pour le corps. Les fruits n’en font pas partie alors consommez des fruits, légumes et toutes ces bonnes choses que nous offre notre belle terre et arrêtez de nous polluer avec votre théorie pseudo scientifique plus que douteuse.

      • David Le Naturo

        6 novembre 2018 at 10 h 50 min

        Faites comme vous le ressentez, c’est une bonne chose. Mais sachez que vous n’êtes pas seul sur terre et que tout le monde n’est pas comme vous. Il y a des personnes qui sont de tempérament différent et pour qui les fruits en hiver sont délétères.

    • steve

      9 septembre 2016 at 14 h 57 min

      Merci pour l article. Un petit message pour Tom: fait donc ce que tu veux, personne ne t oblige à faire quoi ce soit. mange de la marde si ça fait ton bonheur. si t es trop épais pour comprendre une chose aussi simple laisse tomber la nutrition pis cours au mcdo mélange le avec ta marde ca va t en faire plus(petit conseil de nutrition)

  2. Christophe

    4 janvier 2016 at 4 h 02 min

    De mon côté j’ai en effet remarque que chaque fois que je mange des mandarines (je ne mange pas beaucoup de fruits en général) je tombe malade la semaine qui suit….

  3. rachel

    29 janvier 2016 at 1 h 25 min

    alors là, c’est magnifique! votre blabla sur les « fruits aqueux » qui « rafraichissent » le corps, c’est à tomber par terre!
    Et l’équilibre acido/basique?? vous devez connaitre ça? eh bien sachez que, contrairement à son goût acidulé, la clémentine n’est pas acide pour le corps mais lutte justement contre notre alimentation trop carnée et trop sucrée (ce qui amène de l’acidité dans le corps)Elle est donc très bonne pour la santé. 5 fruits et légumes par jour, on connait : 2 clémentines correspondent à une portion; 5×2=10, on peut donc manger sans souci 10 clémentines par jour. ça vaut mieux que 10 paquets de chips u de granola lol

    • David Le Naturo

      29 janvier 2016 at 9 h 29 min

      Je connais parfaitement l’équilibre acido-basique et lorsque vous manger une clémentine, vous amenez dans votre corps de l’acidité qu’il doit impérativement neutraliser (et oui, une clémentine est bien acide ; c’est le sucre qu’elle contient qui masque cette acidité marquée). Vous confondez acide/acidifiant et alcalin/alcalinisant.
      Je vous encourage à faire l’expérience : mangez 10 clémentines par jour tout l’hiver, de préférence le matin. Et revenez nous en reparler dans 3 mois.

    • Nicolas Hahn

      6 novembre 2018 at 1 h 26 min

      D’ailleurs lorsque que l’on souffre d’acidités il faut manger du citron !

      • David Le Naturo

        6 novembre 2018 at 10 h 51 min

        Si c’était aussi simple … 🙂

  4. BIBIE

    20 mars 2017 at 16 h 50 min

    Bonjour,
    Cela fait plusieurs années que je mange une orange le matin.
    En lisant votre article je vais changer ma façon de faire, car j’ai de l’amertume dans la bouche après un repas, une bouche très sèche, mal au ventre souvent, constipation et pourtant je mange 3 fruits par jour et je bois beaucoup d’eau.
    Je souffre beaucoup de problèmes ORL sinusite récidivante, nez bouché la nuit qui m’empêche de dormir et je tousse bcp la nuit également bcp de glaires qui m’encombrent et me font tousser davantage.
    J’ai vu plusieurs médecins et ORL toujours plus de médicaments et rien y fait. Je comprends mieux ma situation. Je vais changer mon régime dès demain. Merci

    • David Le Naturo

      20 mars 2017 at 17 h 00 min

      Bonjour.
      Vous décrivez parfaitement tous les désagréments que l’on peut rencontrer lorsqu’on mange des fruits le matin et que cela ne convient pas du tout à notre corps.
      Vous devriez ressentir un mieux assez rapidement.
      Revenez nous donner de vos nouvelles dans quelques semaines.

  5. Tim

    23 novembre 2017 at 4 h 14 min

    Je manges des clémentines tous les jours tous hiver car j’adore ça. Je n’ai jamais eu de problème de ma vie. Je manges beaucoup de fruits et de légumes variés. Je ne pense pas que ça soit un problème de manger des agrumes si notre alimentation est saine et variée. Je suis aussi très sportif. Je n’ai jamais rencontré les problèmes dont vous parlez dans l’article malgré mes années d’agrumes derrière moi.

    • David Le Naturo

      3 décembre 2017 at 11 h 31 min

      Attention à ne pas faire de généralité à partir d’un cas personnel.
      En naturopathie, on utilise souvent les tempéraments hippocratiques : sanguin, bilieux, nerveux et lymphatique. On peut être soit à 100% un tempérament, soit x% de tel tempérament et x% de tel autre. Les tempérament sanguins et bilieux n’ont pas de problèmes à manger des fruits. En revanche, les tempéraments nerveux et lymphatique oui.
      Ainsi, toutes les personnes qui ont un tempérament sanguin diront qu’elles mangent des fruits régulièrement, depuis toujours et que ça ne leur a jamais posé de problème. Au contraire, les tempéraments nerveux ou lymphatiques diront que dès qu’ils mangent un fruit, ils ne se sentent pas bien et que s’ils en mangent régulièrement, tout un tas de symptômes apparaissent (frilosité, nervosité, sommeil perturbé, troubles digestifs, baisse de libido…).
      En résumé, on ne peut pas dire aux gens : « faites comme moi, car manger des fruits, ça me réussit » ou « ne mangez surtout pas de fruits, car cela va vous rendre de plus en plus malade ».
      Chacun devrait être capable de ressentir ses besoins personnels. Il faut arrêter de suivre aveuglement les conseils de telle ou telle personne, en se coupant de son ressenti. Il y a ainsi beaucoup de tempéraments nerveux, qui, pensant bien faire, mangent des fruits quotidiennement, toute l’année et se rendent malades. Et il y a tout autant de tempéraments sanguins qui ne mangent pas ou pas suffisamment de fruits, et qui se rendent aussi malades.

      Si vous avez tout le temps chaud, que vous débordez d’énergie, que vous être plutôt optimiste, mangez des fruits tous les jours, quelle que soit la saison vous fera le plus grand bien.
      Si au contraire, vous êtes plutôt frileux, fatigué et fatigable, avec une humeur en dents de scie, évitez les fruits et supprimez complètement les fruits l’hiver.

  6. jean philippe

    3 décembre 2017 at 1 h 32 min

    Les problèmes inflammatoires viennent de la nourriture acidifiante : viandes, produits laitiers, céréales, sucres lents.
    Les phénomènes inflammatoires décrits avec les fruits s’expliquent par la mise en route du processus de détoxification provoqué par les fruits et les légumes crus…
    Tout ce qui est fruits et légumes est de nature alcaline et n’acidifie pas le corps bien au contraire
    Donc : mangez des fruits et des légumes crus en toute saison si vous voulez être en bonne santé tout au long de votre vie !

    • David Le Naturo

      3 décembre 2017 at 11 h 15 min

      Oui, ça, c’est la théorie hygiéniste. Mais dans la pratique, ce n’est pas aussi simple.
      Cela faisait 20 ans que je ne pouvais plus manger de fruits régulièrement, car cela me déclenchait une crise de dysidrose (une sorte d’eczéma). Je mangeais pourtant mes fruits en dehors des repas, vers 17-18h. Lorsque je prenais des fruits, je ressentais que ce n’était pas bon pour moi ; j’avais une sensation de plomb dans l’estomac et toutes sortes de symptômes qui me montraient que mon corps n’était pas capable de les assimiler (frilosité, nervosité, sommeil perturbé, troubles digestifs, problèmes de peau, urine très claire voire transparente…).
      Cela fait maintenant 3 mois que je fais un jeûne intermittent, donc je ne prends plus de petit-déjeuner, ni de déjeuner. Je ne prends qu’un seul vrai repas par jour : le soir. Mais avant ce repas, je coupe mon mini jeûne par des fruits (raisin, pomme, poire, kaki, clémentines, banane, pruneau, datte, …) puis un jus de légumes. Le jus de légumes, cela fait plus de 3 ans que j’en prends tous les jours et cela m’a fait un bien fou et m’a aidé à espacer les crises de dysidrose (je n’en avais plus que quelques-unes par an et uniquement durant les périodes de fatigue et lorsque je mangeais à nouveau des produits laitiers ou des fruits). Mais dès que je me mettais à manger des fruits, au bout de quelques jours, ma dysidrose refaisait surface.
      Mais tout cela, c’était avant le jeûne intermittent. Car alors que je mange des fruits tous les jours depuis 3 mois, je n’ai plus de dysidrose et je n’ai plus les symptômes négatifs liés à la prise de fruits chez un organisme faible ou affaibli qui n’est pas capable de métaboliser les fruits.
      En théorie, les fruits aqueux (en gros, tous sauf la banane) sont acides mais alcalinisants. Sauf qu’une personne faible ne sera pas capable de métaboliser le fruit ; ce dernier sera alors acidifiant pour elle. Il ne faut pas oublier que si vous mettez une bandelette à pH sur un fruit coupé en 2, vous verrez qu’il est acide. Or, lorsqu’on met dans notre corps de l’acidité, ce dernier doit la neutraliser. Les personnes faibles devront puiser dans leurs réserves minérales et vont donc se déminéraliser, alors que les sujets ayant suffisamment d’énergie seront capables de « brûler » ces acides.
      En résumé, dire à tout le monde de manger des fruits en toute saison, c’est exposé toutes les personnes les plus fragiles et être encore plus mal.
      Il faut commencer par évaluer le niveau d’énergie de la personne, ainsi que son potentiel digestif. Puis, il faut mettre en place un protocole qui va permettre à cette personne d’acquérir de plus en plus d’énergie, de libérer les toxines, … Et c’est seulement au bout d’un certain temps qu’on pourra réintroduire les fruits et que ces personnes pourront enfin profiter de toutes leurs qualités nutritionnelles.

      • Yves

        27 janvier 2018 at 18 h 02 min

        Bonjour,
        Désolé d’être direct mais si vous avez mis 20 ans pour vous soigner ce n’est pas une excellente publicité pour le naturopathe que vous êtes. Quant à votre régime actuel il me semble aberrant pour le commun des mortels: un seul repas le soir, je le suppose un peu consistant puisqu’il n’y en a qu’un. Or le soir il vaut mieux manger léger puisque le corps va se reposer. Si ça vous convient, parfait mais ce n’est pas une raison suffisante pour critiquer la consommation d’orange en hiver. Quand l’orange murira en été je reverrais peut-être mon jugement

      • David Le Naturo

        31 janvier 2018 at 23 h 25 min

        Bonjour.
        Si vous trouvez des personnes qui ont réussi à se débarrasser définitivement de leur dysidrose, je suis preneur et je pense que des centaines de milliers de personnes seront aussi intéressées. Il faut savoir que pour la médecine classique, cette maladie est à vie (comme tous les eczémas). En ce qui me concerne, j’ai trouvé ce qui aggravait mes crises et j’ai donc exclu les aliments concernés. Grâce à cela, je suis passé d’une crise par mois, à 3-4 crises par an. Puis, il y a eu les jus de légumes qui m’ont permis de passer à 1 crise par an. Et ce n’est que grâce au jeûne et au jeûne intermittent que je n’ai plus de crise, même en ayant réintégré les aliments qui me créaient les crises. Alors oui, il m’a fallu 20 ans pour trouver comment me débarrasser définitivement de ma dysidrose, mais maintenant, je peux aider les gens qui sont atteints du même trouble.
        Je parlerai du jeûne intermittent dans un article dédié, mais sachez que si les gens mangeaient correctement, cela supprimerait les 3/4 des maladies actuelles. Vous supposez que prendre un seul gros repas le soir est un problème mais en avez-vous fait l’expérience ? Car physiologiquement, le corps est fait pour avoir un gros repas le soir et ne pas avoir de petit-déjeuner. Il se trouve que nos habitudes actuelles sont à l’opposé de nos besoins réels, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut le faire.
        Au sujet des oranges que nous mangeons en France, elles n’ont pas muri en France mais en Espagne ou au Maroc, donc dans un pays chaud.
        De la même façon, les fraises qu’on trouve actuellement dès le mois d’avril sont une aberration. Elles ont pourtant poussé en France, mais artificiellement dans des serres. Une vraie fraise arrive à maturité entre juin et juillet.
        Le problème avec le fait que les gens mangent des oranges en hiver, c’est que ça rend malade une bonne partie d’entre eux. Tout ceux qui en mangent sans être à l’écoute de leur corps. Tout ceux qui en mangent parce qu’on en trouve sur les étales. Tout ceux qui en mangent parce que tout le monde dit qu’il faut en manger, parce que ça apporte de la vitamine C.
        Je souhaite simplement apporter un autre son de cloche et dire aux gens que peut-être que certains troubles qu’ils ont en hiver viennent des fruits qu’ils mangent, que leur corps ne sait pas métaboliser.
        C’est à chacun de faire son expérience. Mais vous ne pouvez pas dire que parce que les fruits vous font du bien en hiver, que ce sera le cas pour tout le monde. Si vous avez mangé des fruits cet hiver et n’avez eu ni rhume, ni grippe, ni bronchite, ni angine, effectivement, les fruits ne vous posent aucun problème en hiver. Sauf qu’autour de moi, tout le monde a été malade au moins une fois depuis septembre. Alors bien évidemment, ce n’est pas lié qu’aux fruits. Mais la logique voudrait que lorsqu’il fait froid à l’extérieur, on évite de manger des aliments dont le rôle est de refroidir le corps.

  7. Myriam Garbin

    6 janvier 2018 at 9 h 37 min

    Bonjour
    Mon fils âgé de 3 ans raffole des fruits et surtout des clémentines mandarines vendus en masse à la fin d’année.
    Si on ne l’arrête pas, il peut manger que ça.
    En parallèle j’ai constaté un certain nombre de changement dans son comportement.
    Il était bcp plus irrité que d’habitude.
    Il toussait bcp plus la nuit est son appétit était moindre également.
    Je suis également d’accord avec les propos du naturopathe. Alors que j’étais une inconditionnelle des fruits.

    • David Le Naturo

      8 janvier 2018 at 11 h 41 min

      Il faut savoir que nous ne sommes pas tous égaux face aux aliments acides comme les fruits. Certaines personnes auront la capacité de métaboliser ces acides alors que d’autres personnes auront une faiblesse métabolique face aux acides. Pour ces dernières, il faut supprimer ce qui est un acide dans un 1er temps, puis à mesure que cela va mieux, on peut essayer de les réintroduire petit à petit, mais ce ne sera pas possible pour tout le monde.

  8. Marcel

    24 janvier 2018 at 20 h 38 min

    Je cite : « Avez-vous remarqué que les fruits arrivent à maturité au moment le plus chaud de l’année ? »
    Nous sommes en hiver et les oranges, les clémentines et les mandarines sont à maturité dans mon jardin. Alors je les mange parce que ce sont les fruits de saison et je m’en porte très bien.
    Vous reprenez dans cet article certains arguments du naturopathe Robert Masson. Pourquoi pas? Mais dans la naturopathie il y a beaucoup de chapelles et rien ne vaut de se faire sa propre opinion en testant soi même. Moi je me régale des agrumes de mon jardin et je vais très bien

    • David Le Naturo

      31 janvier 2018 at 23 h 04 min

      Je ne vais pas répéter ce que j’ai dit à « boudou » mais les agrumes sont des fruits faits pour prospérer dans des régions chaudes du globe. Après, on a créé des variétés qui poussent en France, mais ce n’est pas pour cela qu’on peut considérer l’orange comme un fruit de saison en hiver.
      D’autre part, nous ne sommes pas égaux face aux acides de fruits. Certains tempéraments, dont vous semblez faire partie, métabolisent parfaitement ces acides et peuvent les brûler. D’autres auront une faiblesse métabolique vis-à-vis des acides de fruits et seront obligés de les neutraliser en puisant dans leurs réserves minérales, ce qui induit une déminéralisation.
      Alors, comment savoir dans quel « camp » on se trouve ? C’est très simple, si vous vous sentez bien après avoir mangé des fruits, c’est que vous êtes capable de brûler ces acides, donc vous pouvez continuer à manger des fruits en toute sérénité. Mais si, manger des fruits entraine de la frilosité, de la fatigue, de la déprime, des problèmes de peau type eczéma, …, c’est que les fruits ne sont pas bons pour vous, pour le moment.
      C’est tout à fait vrai que Robert Masson est un des rares à expliquer le rôle exact des fruits sur l’organisme. Mais il explique bien que cela dépend du tempérament de chacun.
      En résumé, comme vous le dites : « rien ne vaut de se faire sa propre opinion en testant soi-même » et c’est ce que je recommande.

  9. Nico

    15 février 2018 at 13 h 02 min

    Article à mes yeux inutile,rien de prouve que ceci est vrai ou faux.
    Je pense que chaque personne est différente avec un métabolisme différent..
    Dire au gens de supprimer les fruits l’hiver est totalement aberrant ! Je pense que de nos jours les gens lancent des alertes sur tout et rien, à force de lire des articles comme celui ci on finirait par ne plus rien manger et ne rien faire !

    • David Le Naturo

      19 février 2018 at 17 h 15 min

      Je ne pensais pas qu’un simple article écrit pour aider certaines personnes puisse être aussi polémique.
      Ce que je dis est valable pour au moins 50% de la population, c’est-à-dire pour les tempérament nerveux et/ou lymphatiques, selon les tempéraments hypocratiques.
      Comment savoir si vous pouvez manger des fruits en hiver ? Si vous avez tendance à avoir toujours chaud, vous pouvez manger des fruits. Mais attention, les personnes frileuses ne devraient pas manger des fruits. D’ailleurs, si elles écoutaient leur corps, plutôt que la publicité ou les conseils erronés d’un nutritionniste, elles n’auraient pas envie de manger des fruits quand elles ont froid.
      Au sujet des fruits et des vitamines, on trouve autant ou plus de vitamines dans les légumes. Par exemple, il y a 2 fois plus de vitamine C dans 100g de chou que dans 100g d’orange ; et cela est valable pour plein d’autres légumes. Et ça tombe bien, le chou est un légume de saison (en hiver). La différence est que le chou est alcalinisant alors que l’orange sera acidifiante chez beaucoup de personnes.
      Je ne demande surtout pas de me croire mais d’en faire l’expérience.
      Si vous passez vos hiver avec le nez qui coule, à vous faire angines, rhumes et autres bronchites et que vous avez tendance à avoir froid, supprimez les fruits pendant tout l’hiver, et mangez à la place des légumes crus.

  10. Lofn

    27 mars 2018 at 7 h 21 min

    Recapitulons : vous êtes malades (donc contexte précis et qui d’ailleurs n’est même pas évoqué dans votre article mais dans les commentaires, cela montre le sérieux de l’article), vous constatez que les fruits en sont la cause et de votre experience personnel, vous generalisez.
    J’attends un état de l’art du sujet et les publications scientifiques attestants vos dires.

    • David Le Naturo

      27 mars 2018 at 15 h 43 min

      Pour moi, la dysidrose n’est pas une maladie, c’est juste un signal d’alerte, qui m’informe que mon organisme ne fonctionne pas correctement. Après, c’est à moi de déterminer la cause.
      Je ne fais pas une généralité de mon cas personnel, car ce que je dis, on me l’a enseigné durant mes études de naturopathie, il y a maintenant plus de 22 ans, donc ce n’est pas nouveau. Et si on l’enseigne en naturopathie, c’est que cela touche beaucoup de gens. Et il est très facile de le démontrer : il suffit d’en faire l’expérience. Que tous les tempéraments nerveux et lymphatiques mangent des fruits à volonté en hiver, ils verront bien comment ils se sentent.
      En ce qui concerne les publications scientifiques, je doute que qui que ce soit ait envie de donner de l’argent pour payer une étude qui montrerait que manger trop de fruits amène, chez certaines personnes, un certain nombre de troubles. A ce sujet, je fais une remarque générale sur les études : je trouve un peu stupide qu’on doive attendre des études pour démontrer des choses qui sont pourtant évidentes et logiques. Est-ce qu’on a vraiment besoin d’études pour nous dire que boire des sodas c’est mauvais pour la santé et que manger des fruits et des légumes, c’est bons ?

      • Lofn

        27 mars 2018 at 20 h 51 min

        En d’autres termes, vos déductions ne reposent que sur vos observations et des cours donnés il y a 20 ans, sur une discipline considérée comme médecine non conventionnelle et dont les principes sont issus de méthodes disparates qui n’ont pas été scientifiquement validés.
        PS: Tout ce qui peut paraitre évident n’est pas forcement vrai pour autant. Par exemple, à l’époque où nous vivont, en France, nous vivons très majoritairement l’hiver dans un confort relatif. L’environnement est maitrisé avec une température et une humidité digne du printemps sur l’espace de travail et chez soi. Ce n’était pas le cas il y a 100 ans. L’argument, si ça en est un, comme quoi un fruit ne serait pas de saison tombe donc quelque peu à l’eau, le corps ne subit plus vraiment l’hiver tel que nos aïeux le subissait.

      • David Le Naturo

        29 mars 2018 at 9 h 54 min

        Je vous rappelle que la médecine dite « conventionnelle » a tout au plus 100 ans d’existence, alors que les médecines dites « non conventionnelles » ont toujours existé (comme la phytothérapie), et certaines existent depuis des milliers d’années. Personnellement, j’ai tendance à avoir plus confiance dans ces dernières pour le traitement des maladies chroniques plutôt que dans une médecine qui joue aux apprentis sorciers et dans laquelle les cobayes sont les patients.

        Au sujet des fruits de saison, je ne comprends pas ce qui est si compliqué à comprendre : est-ce que vous voyez des oranges, des pommes, des poires, des cerises, …, dans nos vergers en hiver ? Non, donc, ce ne sont pas des fruits de saison en hiver. Est-ce qu’il y a des pêches, des prunes, des fraises, … dans les jardins en été ? Oui, donc ce sont bien des fruits de saison.
        Après, libre à chacun de manger les fruits qu’il veut. Mais je ne vois pas en quoi cela vous pose un problème que mes conseils puissent être vrais. Est-ce si problématique pour vous que cela puisse aider un grand nombre de personnes qui se rendent malades en mangeant des fruits alors que leur corps ne les supportent pas, tout çà, parce que des gens répètent, comme des perroquets, qu’il faut manger des fruits.

      • Lofn

        30 mars 2018 at 9 h 16 min

        Puisque vous souhaitez faire un rappel de la réalité : La médecine que vous prônez n’empechait pas les gens de mourir à 35 ans en moyenne. Mais ils mangaient des fruits de saison pour autant.

      • David Le Naturo

        30 mars 2018 at 9 h 51 min

        Ce que vous dites est faux : on sait très bien que les gens mourraient à cause d’un manque d’hygiène et d’une alimentation insuffisante ou carencée. La médecine n’a rien avoir avec cela.
        Je vous recommande de lire des livres sur l’histoire de la médecine « classique » : ça fait peur. Au début du 20e siècle, cela se résumait à des saignées et des traitements à base de substances qu’on considère aujourd’hui comme des poisons.

  11. oblelix

    1 novembre 2018 at 11 h 20 min

    je suis désolé mais moi ça me fait l’effet contraire je mange des agrumes tout l hiver et depuis que je fais ça plus de maladies plus rien hein
    c est comme le vaccin de la grippe quelle gageure

    • David Le Naturo

      2 novembre 2018 at 13 h 38 min

      Oui, c’est normal. Vous devez être de tempérament sanguin et dans ce cas, le fruit est un vrai médicament.

  12. Julian

    8 novembre 2018 at 9 h 43 min

    J’ai constaté que tous les agrumes n’ont pas le même effet que moi. Si les clémentines et les oranges sont particulièrement agressives quand j’en mange en grande quantité, en revanche le pamplemousse me répare/soulage (aussi bien le pamplemousse occidental connu ici que le pamplemousse asiatique moins amer au goût). Pour ce qui est des légumes crus, je ne peux pas en manger (intestin irritable depuis des années). La naturopathie m’intéresse mais je suis malgré tout conditionné par l’attitude dominante qui valide la connaissance si elle fait l’objet de publications scientifiques soumises à comité de lecture critique. Existe-t-il des revues scientifiques consacrées à la naturopathie ?

    • David Le Naturo

      8 novembre 2018 at 15 h 33 min

      Il y a Alternative Santé qui est très bien.
      Après, si vous voulez des études scientifiques, vous en avez ici :
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/
      mais franchement, cela ne sert à rien :
      1) les études sont justes des indicateurs (et encore)
      2) quand on sait que Monsanto à 600 études qui prouvent que son Roundup n’est pas cancérigène, ça laisse songeur.
      Le bon sens et son ressenti me semblent bien mieux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *