Le Jeûne intermittent : mon Programme

Par le 12 avril 2018

Pourquoi jeûner chaque jour :

Un temps de repos quotidien suffisamment long pour notre système digestif : là est l’intérêt du jeûne intermittent ! De notre réveil au coucher les occasions de manger s’enchainent (3 repas, 2 goûters, les pauses cafés, les petites collations…). La fréquence, la richesse, la complexité et la quantité de nos prises alimentaires ne laissent aucun temps de répit à notre appareil digestif. Nous sommes en permanence en train de digérer quelque chose. Même la nuit ne suffit pas toujours pour vider notre estomac. Conditionnés à la profusion, la simple sensation d’un ventre vide, nous est désagréable. Pourtant cette suractivité digestive épuise notre organisme et nuit à notre santé.

Définir la durée de la pause digestive :

Mon objectif : réduire la fréquence de mes prises alimentaires et mettre mon petit ventre au repos !
Pas si simple, y aller progressivement est nécessaire, surtout si on aime grignoter. Les heures à attendre le repas semblent parfois interminables.

Pourquoi choisir une pause alimentaire aussi longue :

Réduire le temps où je m’alimente, peut-il m’aider à me déshabituer du grignotage ? L’envie de contrôler mes pulsions alimentaires me pousse à choisir une pause alimentaire la plus longue possible. Un choix personnel que je ne conseille pas forcément. Il me faudra 8 mois pour y parvenir. Pas facile, voire contraignant, de changer des décennies d’habitudes alimentaires. Les petits exploits s’enchainent ; 16 heures puis 18 heures sans rien avaler ! La persévérance paye enfin l’objectif des 20 heures est atteint.

Petit soucis, dès que je romps le jeûne, je grignote de façon incontrôlable. Est-il possible de faire un jeûne intermittent en ayant des compulsions alimentaires ? Le doute s’installe, mais au fil des semaines, elles sont moins fortes, je m’équilibre. Finalement je cesse de manger au delà de ma faim.

Jeûner plus de 20 heures chaque jour semble extrême au premier abord. Les 4 heures restantes, il ne faut pas non plus manger sans interruption.  Pour cadrer avec mes objectifs d’une alimentation saine, je choisis de structurer mon unique repas en 3 prises alimentaires distinctes (Un goûter de fruits frais bio de saison à 17h, un jus de légumes crus bio fait maison à 18h et pour finir un repas complet à 19h). Les fruits et le jus de légumes se digèrent vite. Je préfère les consommer avant mon repas pour mieux en assimiler leurs nutriments. Cette nouvelle hygiène alimentaire me convient parfaitement. Je maitrise enfin mes excès alimentaires. Je suis étonné de constater que ma volonté reste forte. Je ne romps jamais mon jeûne en dehors des heures autorisées. Mes envies de grignoter sont de plus en plus rares, même lorsque mon entourage cède à quelques douceurs. Je sais que je pourrais en manger plus tard !

Une pause digestive de 16 ou 18 heures (un repas léger de crudité vers 13-14h, un goûter de fruits vers 17h et un repas complet le soir) est tout aussi profitable. L’important est de manger varié de bons aliments frais. Pour optimiser les bienfaits du jeûne et faciliter les processus de digestion, s’intéresser aux bonnes associations alimentaires est un grand plus.

Les bénéfices du jeûne intermittent dans mon quotidien :

Le choix d’un repas par jour m’est vraiment profitable à de nombreux niveaux :

  • Je savoure davantage mon repas. J’ai moins envie de me remplir d’aliments stimulants. Je ne mange plus par habitude mais lorsque j’ai faim. Il m’a fallu plusieurs mois de jeûne intermittent pour faire la différence entre la faim et l’envie de manger. J’arrive à ressentir l’effet addictif des sucres ajoutés, des aliments raffinés et industriels. Ils me tentent plus.
  • Je digère mieux, je dors mieux et j’ai globalement plus d’énergie.
  • Mes compulsions alimentaires s’apaisent progressivement. Si certains jours il m’est difficile de patienter jusqu’au soir, je mange simplement plus tôt. Le lendemain, le jeûne sera juste un peu plus long.
  • Le retour à une nourriture originelle : Le jeûne intermittent incite à manger mieux. Très vite j’ai eu envie de cuisiner des produits frais, naturels, entiers et non transformés. C’est une excellente méthode pour se désaccoutumer de la mal-bouffe industrielle. Avec un repas par jour, je privilégie naturellement ce que mon corps va aimer !
  • Je mange en conscience. J’éduque mon palais aux aliments simples. Quel plaisir de découvrir l’incroyable diversité gustative du monde végétal ! Je me régale des innombrables épices et plantes aromatiques. J’ajoute à présent des plantes sauvages à mes repas. Leur goût prononcé ne me dérange plus.
  • Je n’aime plus manger au delà de ma faim. La sensation d’avoir l’estomac trop plein m’est désagréable. Je n’ai plus envie de supporter une digestion difficile. Le jeûne intermittent m’a apporté légèreté et énergie !

Priorités nutritionnelles :

Manger un repas par jour c’est bien, mais manger équilibré c’est capital. Surprenant que je m’inquiète du risque de carences nutritionnelles dès lors que je mange moins. Je ne m’en souciais guère avant et encore moins lorsque j’avalais des aliments industriels. J’imagine qu’il est préférable de ne pas être trop curieux si on consomme une telle nourriture ; la lecture des étiquettes des compositions nous feraient fuir ! Pourtant, ce n’est plus un secret, l’alimentation industrielle est carencée. L’abondance des sucres, les arômes chimiques, les textures irrésistibles, le moelleux des graisses transformées, le raffinage des aliments pour les avaler en grande quantité… tout est mis en œuvre pour anesthésier notre volonté et nous complaire dans l’oisiveté. Sinon, il serait impossible de consommer ces produits sans avoir peur pour notre santé !

Rapidement, mon corps m’a envoyé des signaux d’alerte (sur-poids, fatigue, déprime, problèmes de peau…). Il me fallait réagir avant que ce soit plus grave ! Pour retrouver ma silhouette, j’ai testé la plupart des régimes minceur et je me suis intéressé à la nutrition. Hélas, tous les régimes amincissants sont déséquilibrés et carencés. Le risque est important d’en ressortir épuisé, abimé et vieilli.  Je me suis jeté sur compléments alimentaires qui ont certainement limités les dégâts. Les conséquences de ces carences se voient sur la peau. Les sportifs en font également les frais en période de sèche. La peau devient fine et ridée. La plupart du temps les problèmes cutanés apparaissent (boutons, rougeurs, talons et coudes rugueux, crevasses, peau sèche…). Si la peau est bien le reflet de l’intérieur de notre corps, il y a de quoi s’alarmer !

Rester flexible :

Les repas en famille, les repas de fêtes ou encore les repas avec les amis priment sur mon jeûne intermittent. Jeûner ne doit pas être en désaccord avec ma vie sociale. Toutefois, il est rare d’avoir deux repas importants dans une même journée. Il n’est donc pas difficile de conserver un repas unique même les jours de fête.

Comment m’assurer que le jeûne intermittent m’est profitable :

La réponse est simple, mon corps parle de lui-même ! J’observe les changements et je suis à l’écoute de mon corps. L’état de ma peau, mon niveau d’énergie, mon système nerveux, mes émotions sont de bons indicateurs. Pour le moment, le jeûne me va bien. Évidemment 8 mois de pratique ne suffisent pas pour en valider tous ces bienfaits. Toutefois je commence à m’en faire une idée !

Les points négatifs (principalement les premiers mois) :

  • Les premiers mois, le jeûne intermittent a intensifié mes compulsions alimentaires. J’ai ressenti des symptômes de faim qui n’étaient que du manque (mal de ventre, baisse d’énergie durant quelques minutes…). Je me suis souvent senti irritable. J’ai compris que tout changement majeur, même positif, passe par une période d’adaptation difficile et parfois de mal-être. C’est une sorte de sevrage ou de crise de guérison. Cela ne veut pas dire que ce n’est pas bon pour moi. La transition d’habitudes négatives vers un nouvel équilibre positif n’est pas toujours facile !
  • Le temps m’a semblé parfois très long. J’avais l’impression de manquer de plaisir. Ce constat m’a alarmé. Comment ais-je pu arriver à ce stade où ma plus grande source de plaisir est dans la nourriture. Il y a tellement d’autres sources de plaisir. Cette focalisation sur la nourriture m’a déconcerté !

Les points positifs (ils s’intensifient au fil des mois) :

  • Je suis en bien meilleure forme et j’ai infiniment plus d’énergie. Je dors mieux. Je suis moins stressé.
  • Le gain de temps : J’ai toujours eu la sensation de courir après le temps pour faire tout ce que je veux. Pas assez de temps pour travailler, pour aller au jardin, pour lire, pour faire du sport et j’en passe ! Avec un repas par jour, c’est fou le temps que j’ai libéré dans ma journée.
  • Je mange enfin sans me restreindre sans peur de grossir. Que cela m’est agréable de pouvoir manger un repas à satiété plutôt que deux ou trois repas à me me restreindre.
  • Je réponds davantage à mes besoins nutritionnels. Globalement je mange facilement deux à trois fois moins qu’avant. Je modère mon apport en glucide ou en féculent en fonction de mon activité physique et de ma faim réelle.
  • Je mange diversifié uniquement des aliments naturels, entiers, simples et non transformés. J’ai bannis avec satisfaction les aliments industriels et raffinés. J’ai découvert les saveurs des légumes anciens et des plantes sauvages. Je ne consomme quasiment plus de sucre ajouté et je m’en porte merveilleusement bien !
  • Mon poids s’est stabilisé à mon poids idéal. Je me sens bien dans mon corps. Le jeûne intermittent m’aide à rester mince uniquement parce qu’il favorise un retour à un équilibre alimentaire. Même avec un repas par jour, si je mange mal, je vais regrossir.
  • Une petite cure de jeunesse : Moins épuisé par une digestion incessante, mon organisme a suffisamment d’énergie pour réparer l’extérieur ! Ma peau est plus lumineuse, certaines ridules s’atténuent, j’ai l’impression d’avoir moins de poils blancs sur la barbe.
  • Prendre soin de mon corps : Il est mon véhicule tout au long de ma vie. S’il est malade ou affaibli, tout mon quotidien en est affecté. Grâce au jeûne intermittent, je ressens le besoin d’entretenir mon corps, de l’harmoniser, de l’équilibrer et de le renforcer. Je me suis mis au Yoga et à la méditation. Coté sport, je suis en forme, même à jeun depuis plus de 20 heures je peux courir comme avant. Je n’ai quasiment plus de douleurs aux tendons et aux ligaments lorsque je m’entraine plus intensément.
  • Une meilleure santé globale : Pour le moment je me sens bien tant au niveau corporel, psychique et émotionnel. J’ai l’impression de mieux gérer les aléas du quotidien.

La suite de l’expérience vers une nouvelle hygiène de vie :

Ces quelques mois de jeûne intermittent ont été riche en enseignements. Je pris conscience des besoins fondamentaux de mon corps, mais aussi de l’impact des décennies de déséquilibre et d’excès sur mon bien-être. Cette expérience, que je compte poursuivre, change profondément mon rapport à la nourriture et me fait réfléchir sur mon modèle de consommation en général. Elle a transformée mon hygiène de vie.

Avec du recul, il est clair que j’y serais allé beaucoup plus progressivement. Malgré ma motivation les premiers mois n’ont pas été difficile. J’ai encore du chemin devant moi pour me sentir vraiment à l’aise. Je pense qu’il est plus facile d’allonger doucement la durée du jeûne et de structurer graduellement les pauses alimentaires. Je me suis adapté à cette nouvelle façon de me nourrir et pour rien au monde je souhaite reprendre mes anciennes habitudes. A chacun de trouver son rythme ou sa manière de procéder avec douceur et bienveillance.

Pour réussir durablement le jeûne intermittent, il est important de reconnaitre les signaux envoyés par mon corps. Quelle est sa réaction, quel est mon état nerveux ou émotionnel ? Suis-je en train de me sevrer d’aliments addictifs ? Suis-je en train de vivre une crise de détoxication ? Le jeûne intermittent est-il fait pour moi ? Malgré tout la persévérance est une qualité importante à développer. Si je m’arrête aux désagréments sans chercher à les comprendre, je passe à côté d’une belle expérience.

Dans certains milieu, le jeûne intermittent est une véritable mode. On lui confère tous les pouvoir de guérison. On ne lui voit que des points positifs. En revanche on minimise les difficultés que nous rencontrons en le pratiquant. Pour moi cette expérience est largement bénéfique. Toutefois, le temps d’adaptation fut long, parfois difficile. J’ai constaté les limites du jeûne intermittent notamment pour la minceur. Comme toute technique de santé naturelle, le jeûne n’est pas une solution miracle. Il doit s’intégrer à une hygiène de vie globale. Il est une pièce du puzzle pour prendre soin de notre corps.

François de Saint Nicolas

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *